Histoire
L'édifice le plus ancien est l'église dédiée à saints Côme et Damien. Plusieurs fois, elle a été abîmée ou détruite au cours des siècles, d'abord par les normands au Xe siècle, ensuite, durant de la guerre de Cent Ans, puis par les calvinistes, enfin, pendant la période révolutionnaire. À la Révolution, la paroisse Saint-Côme forme la commune de Saint-Côme. Au cours de la période de la Convention nationale (1792-1795), la commune a adopté le nom révolutionnaire de La Montagne.


LA PETITE HISTOIRE DE SAINT-CÔME ET DES SAINT-CÔMAIS  (2,62 Mo)

Ce magnifique document a été rédigé par JEAN BARRAN

L'église
La magnifique petite église de Saint-Côme, du plus pur style roman, dominant la vallée du ruisseau de Sauviac, guide les voyageurs su lou camin de Gragnos.

Église Saint-Côme-et-Saint-Damien, souvent reconstruite et remaniée, ne présente aucune unité architecturale ; en 1838, de grands travaux de rénovation furent entrepris par l'abbé O'Reilly, curé de la paroisse.

Jusqu'au début du XXe siècle, la vénération portée à saint Côme, saint patron de la paroisse était grande et donnait lieu à un pèlerinage annuel. À cette dévotion, on avait attaché les vertus curatives de l'eau de la fontaine près de l'église, qui selon la légende guérissait les affections cardiaques.

À l'intérieur de l'église on peut voir une clé de voûte portant en chiffres romains la date de 1653. L'autel en bois du XVIIIe siècle est répertorié à l'inventaire des bâtiments de France. On peut remarquer, dans l'église, la statue de saint Côme tenant dans sa main droite un cœur, alors que sa main gauche est posée sur une épée, instrument de son martyre sous Dioclétien, au ive siècle.
L'église de Saint-CômeLe vitrail représentant Saint-CômeL'autel et le retable restauréUne vieille image de notre église